Sorties théâtre

theatre-imageL’AEFRAM perpétue la tradition et vous propose plusieurs sorties théâtre pour le semestre de printemps 2015. Pour vous inscrire, envoyez simplement un mail en précisant votre nom à cette adresse.

Prochaines sorties:

Février:

26 février,  21h:  Français, encore un effort si vous voulez devenir républicains » Marquis de Sade/Hervé Loichemol, La Comédie

Nous sommes chez le divin Marquis. Une soirée chez le Marquis de Sade, entre deux parties fines. On reprend des forces. On se restaure – le corps, mais aussi l’esprit. Une conférencière entre en scène. Suivant un rituel très établi, elle se lance dans une démonstration sous les yeux de l’hôte et de ses convives. L’objet de ses réflexions? Rien moins que la religion, la politique, les mœurs, la liberté. Soit un siècle de pensée qu’elle dévide et qu’elle pousse dans ses derniers retranchements avec une simplicité sidérante. C’est ici la philosophie des Lumières que vise Sade: qu’advient-il de cette philosophie lorsqu’elle est portée à son paroxysme, lorsqu’on en développe les conséquences les plus extrêmes? Des effets brûlants, dont les siècles suivants verront la vérification… Le «divin Marquis» était un visionnaire. Il n’a pas fini de nous surprendr
« En savoir plus »
Mars:

Samedi 21 , 19h, 8 femmes de Robert Thomas au théâtre Alchimic.

Huit femmes de Robert Thomas est une comédie doublée d’un suspense policier. Elle a été portée au cinéma en 2001 dans un film qui a remporté pas moins de onze Césars, ainsi qu’un Ours d’or.

La veille de Noël, dans une famille réunie pour les fêtes, le maître de maison est assassiné d’un coup de couteau dans sa chambre. Très vite, on s’aperçoit que le criminel n’a pu ni entrer, ni sortir… En revanche, huit femmes sont présentes, membres de la famille ou domestiques, chacune d’entre elles aurait pu avoir une raison de le tuer. Et elles sont bloquées dans la maison… Toutes sont soupçonnées, jusqu’au dénouement final inattendu…

En savoir plus

Avril:

Jeudi 16, 19h : Othello, William Shakespeare / Eric Salama, théâtre St-Gervais

C’est une histoire de transmission, une logique comme on en voit partout autour de nous : la contamination d’un homme par les peurs irrationnelles d’un autre. Une histoire de jalousie qu’on propage plus loin, intentionnellement ou non. Mais au départ, le vrai jaloux de la pièce, c’est Iago, pas Othello : obsédé par l’idée que sa femme le trompe avec tout le monde, l’officier machiavélique va inoculer sa « maladie » à son général, devenant malgré lui la courroie de transmission d’une mécanique implacable.

En savoir plus

Mai:

Mardi 12, 20h : La Cerisaie, Anton Tchekhov/Raoul Pastor, théâtre des Amis
Vendredi 22,  20h : En pleine mer, Slawomir Mrozek/Cie Virgule, Point-Favre

Octobre:

Mercredi 15,  20h: Dostoïevski, Les démons au théâtre du loup:

Tout inventer à vue, en direct, à partir de rien. De la terre au sol. Mais pas partout. Le sol est salle. Comme si la catastrophe avait déjà eut lieu. La scène ne représente rien sinon la scène. Des amas ci et là, illisibles, qui plus tard serviront, deviendront de l’action. Jouer fruste. Brut. Se lancer dans la représentation comme dans une terrible aventure de la parole et de la dévastation par la parole, par l’idée dans la parole. Un théâtre d’une extrême simplicité. Sans projections vidéo. Sans décors ni structures. Un théâtre fait avec la simple présence humaine. Sans autre intermédiaire. Casser les lignes frontales, les compliquer. Ne pas nier la présence ni en tenir exagérément compte, chercher l’équilibre. Viser de grandes vitesses de locution, des rythmes fous et heurtés au moment des plus grandes tensions. Des silences lourds comme du plomb. Du son, du son pour soutenir, lier, conduire les scènes, ménager les alternances au milieu des syncopes de l’action.

◊ En savoir plus

Samedi 1er,  20h : Corneille,  L’illusion Comique à la Comédie

«Voici un étrange monstre que je vous dédie», écrivait Corneille en 1639 à propos de L’Illusion comique. Pouvait-il se douter qu’avec ce «monstre» il atteignait ce que l’on nomme aujourd’hui un sommet du répertoire? Un monument de la littérature magnifique et extravagant, où l’auteur, se jouant des genres, multipliant les procédés de l’illusion, entraîne personnages et spectateurs dans une incroyable mise en abyme…

◊ En savoir plus

Décembre:

Samedi 13, 20hMichael Frayn, Silence en coulisse au théâtre de Carouge

Nous sommes en 1970. Michael Frayn observe depuis les coulisses une représentation d’une de ses comédies, Two of us. Et, pour lui, « ce qui se passe dans les coulisses est beaucoup plus drôle que ce qui se passe sur scène». Il décide d’écrire une comédie sur les dessous du théâtre. Douze ans plus tard, Silence en coulisses voit le jour au Lyric Theater de Londres. Depuis, cette pièce élue par le New York Times « pièce la plus drôle de tous les temps » n’a cessé d’être jouée sur les scènes du monde entier. Entrées en scène acrobatiques, changements de costumes catastrophiques et accessoires en pagaille: tous les ressorts du théâtre déraillent

◊ En savoir plus

Sessions précédentes:

  • Andromaque 10-43 d’après Racine, au Grütli mardi 4 mars à 19h.

Rival de Corneille, Racine reste le maître de la tragédie classique française. Ses pièces campent des héros intemporels, victimes sublimes de leurs passions incontrôlables. Plus que nulle autre, « Andromaque » reproduit le schéma typiquement racinien : le héros aime quelqu’un qui en aime un autre, dans une succession terrible à l’issue fatale. Faussement placide, le vers racinien résiste. il se veut clair, n’est que stratagème. en cela, le style du poète semble épouser la courbe idéale de sa carrière tandis que ce qu’il traite ressemble à sa vie, traversée de crises (décès suspect de la Marquise thérèse du Parc, mort de son fils, affaires des poisons, accusation de jansénisme, etc.) Né en 1639 à Port-royal, Jean Racine est mort le 21 avril 1699.

Délai d’inscription : Jeudi 27 février 2014.

◊ En savoir plus

  • Ô les beaux jours de Beckett, à La Comédie jeudi 20 mars à 19h.

Une femme, Winnie, «la cinquantaine, de beaux restes», recouverte jusqu’à la taille d’un monticule de terre, qui peu à peu, l’absorbera jusqu’au cou. À l’arrière-plan, Willie, son mari, le plus souvent caché aux yeux du public. C’est Winnie qui parle. Elle évoque le passé, manipule des objets, lutte contre le temps. Des mots, des mots, des mots qui font entendre l’increvable désir d’exister. La solitude, la difficulté d’être, d’être deux face au vieillissement et à la mort. L’instinct de vivre, dans sa force et sa splendeur.

Délai d’inscription : Dimanche 16 mars 2014

◊ En savoir plus

  • La double inconstance de Marivaux, au théâtre de Carouge dimanche 6 avril à 17h.

Silvia, jeune paysanne amoureuse promise à Arlequin, a été enlevée ; la voici prisonnière à la cour d’un Prince qui souhaite l’épouser. Séparé de sa belle, Arlequin finit par la rejoindre.
Désormais, cinq personnes, dont le Prince, vont se relayer pour détruire l’amour des jeunes gens : Trivelin d’abord, officier à la cour, deux filles d’un haut domestique du Prince, et un noble seigneur.A user de finesse et de charme, sans recourir à la violence, pourront-ils amener deux enfants fidèles que leur séparation n’a rendu que plus amoureux jusqu’à l’inconstance réciproque ?

Délai d’inscription : Dimanche 16 mars 2014

◊ En savoir plus

  • Les Fleurs du mal, spectacle musical sur des textes de Baudelaire, B. Fontaine et A. Belkacem au Poche jeudi 8 mai à 19h.

Un spectacle musical pour redécouvrir la splendeur d’une des œuvres les plus géniales de la langue française. Un choix de textes où explose la modernité du poète dont l’audace lui avait valu la censure de son vivant : un regard sans concession sur la noirceur de l’âme humaine mais aussi, un amour de la vie et une sensualité enivrante. Brigitte Fontaine s’est vite imposée comme une petite sœur de Charles Baudelaire avec quelques textes dont le génie poétique rivalise littéralement avec celui de l’auteur des Fleurs du mal.

Delai d’inscription :  Dimanche 20 avril 2014

◊ En savoir plus

Anciennes dates (semestre d’automne 2013) :

  • 15 octobre 2013 à 19h :  Les deux gentilshommes de Vérone, au théâtre du Loup
  • 30 octobre 2013 à 19h : Sophonisbe, à la Comédie
  • 17 novembre 2013 à 18h : Crime et châtiment, au Grütli
  • 19 décembre 2013 à 19h : Amphitryon, à la Comédie
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s